• Aucune catégorie

ARTISTES EN RÉSIDENCE EN 2021

Écriture 

Christine PfammatterChristine Pfammatter est née en 1969 à Loèche-Ville, Suisse. Elle fait ses études en philosophie, littérature et histoire de l’art à Berne et Fribourg. Elle travaille actuellement comme écrivaine, critique d’art et traductrice à Berlin. Christine Pfammatter a publié divers volumes de nouvelles, des essaies ainsi que des traductions et des textes sur l’art contemporain. Elle donne aussi des ateliers d’écriture dans différentes écoles valaisannes.

IMG_5502

David Dorais, Lors de son séjour au Quartier Culturel, David Dorais entame la rédaction d’un roman dans lequel le héros, qui est un double de l’auteur, se retrouve projeté dans un monde merveilleux et onirique qui est une projection extérieure de sa dépression. Ce monde sombre et oppressant est inspiré des images qui se trouvent dans le recueil d’Anne Hébert Le tombeau des rois, classique de la poésie québécoise.

David Dorais

Félix Giloux, écrit un court essai dans lequel le discours des patients est réutilisé pour son importance anthropologique et fournit une grille de lecture pour mettre en valeur certains aspects du travail d’artistes de l’art contemporain depuis 1960.

Ce texte a vocation à comparer l’univers des artistes et celui de la psychose autour d’une réflexion sur l’origine du corps humain. Le but n’est pas de « pathologiser » les œuvres mais de mettre en avant des structures psychotiques de l’imaginaire qui font partie du psychisme humain, et à travers lesquelles nous exprimons nos états de détresse les plus fondamentaux.

Comme le disait déjà Lacan au début des années 1930, la psychose possède un style qui lui est propre, et tenter d’en tracer les contours comporte un enrichissement notable d’un point de vue humaniste, anthropologique et esthétique.

Résidence d’auteurs et autrices SSA, Du 1er au 28 février — dans le cadre de la quatrième édition de la Résidence d’auteurs dramatiques francophones organisée en Valais, le Torrent a accueilli: Pauline Épiney, Roberto Garieri, Sarah Jane Molloney (Suisse), Pamela Ghislain (Belgique) et Michel Bellier (France).

Pendant un mois, les artistes ont travaillé à un projet personnel d’écriture pour la scène, tout en ayant la possibilité de partager leurs idées, imaginaires, points de vue, sensibilités, expériences.

Au gré de leur avancée respective, la dramaturge Rita Freda (Suisse) ainsi que l’éditeur et partenaire de la Résidence Emile Lansman (Belgique) leur ont fourni un accompagnement.


Arts visuels et sonores

Céline HänniFil rouge d’une recherche multiforme, la voix est au cœur du processus de création que Céline Hänni déploie au Quartier Culturel lors de sa résidence. Au gré des rencontres et des envies, elle souhaite développer un projet au long cours initié en 2017, La gueule ouverte, portraits sonores de voix singulières entendues en parcourant l’Arc Jurassien. Elle poursuit également la création de nouveaux morceaux sous le nom d’Orlando : des ballades folk harpe-voix composées sur des textes de poètes et poétesses qui lui sont chères.

Céline_Hänni_phototravail

Noemi NiederhauserDans le cadre de sa résidence, Noemi Niederhauser, artiste et céramiste basée à Lausanne, entamera une recherche autour des berges du Rhône dans la région de Monthey à travers les liens entre céramique et territoire. Prenant la forme de sculptures, de photographie et d’illustrations, le travail de Noemi à Malévoz se déploiera comme un dialogue entre la matière, le paysage et l’humain.

NOEMI NIEDERHAUSER

Isabelle LavigneL’artiste poursuit l’écriture d’un long métrage d’animation intitulé L’inachevé, basé sur de réels entretiens thérapeutiques de migrants de retour dans leur pays natal, le Sénégal. En parallèle, Isabelle écrit aussi une version adaptée au théâtre.

Lavigne2

Marilina Prigent Née à Mendoza en Argentine, après des études à l’université nationale de Cuyo, elle poursuit sa formation en France à l’école supérieure des Beaux-Arts de Montpellier dont elle est diplômée en 2013.
Son travail s’appuie sur la collecte d’archives, lettres, photographies, témoignages oraux qu’elle intègre à ses vidéos et installations. Elle s’intéresse à la micro-histoire, aux récits de vie et évènements liés à des personnages oubliés, ceux qui échappent à la grande Histoire. Dans le cadre de la résidence au Quartier Culturel, elle développera un projet intimement lié au lieu, puisqu’il s’organise et se construit autour d’un récit : celui de Sainte Dymphna patronne de Malévoz. A travers des traces mémorielles comme historiques, ce projet cherche à questionner la manière dont cette légende résonne et subsiste au sein de cette institution. Comment ce récit initial se transforme et se réinvente dans le regard de chacun?

Antoine DollatDurant sa résidence de février à mars 2021, Antoine Dollat, artiste diplomé de l’édhéa a mené un atelier hebdomadaire axé sur un dialogue entre tout-es les participant-es autour de l’art contemporain. Prenant le rôle d’animateur et de cuisinier, Antoine Dollat a proposé un espace de réflexion libre où chacun-e avait la possibilité de s’exprimer sans préjugés. Durant chacun des ateliers, il prépara une création culinaire. La nourriture devient ainsi à la fois le catalyseur de la rencontre et le ciment de la relation que tisse l’artiste avec les participant-es.

AD_MQC00.0


Arts vivants

Sylvia FardelAprès plusieurs collaborations, les comédiennes, auteures et metteures en scènes Sylvia Fardel (Suisse) et Cendre Chassanne (France) se retrouvent à nouveau sous l’égide de la compagnie Helvètes Underground, pour une résidence de recherche et d’écriture au Quartier Culturel de Malévoz.

L’objet de cette recherche est cette fois bien vaste. Car si au début du 20ème, le médecin américain Duncan Mac Dougall, émet l’hypothèse que tout être vivant possède une âme, et que cette âme possède une masse de 21 grammes. Depuis, une question fondamentale demeure. Où se trouvent ces âmes avant et après la vie ?

Dans sa logique de théâtre documentaire, la collaboration de Sylvia Fardel et de Cendre Chassanne permettra à la compagnie des Helvètes Underground de poursuivre son exploration de l’humain. C’est dans l’interrogation de l’avant et de l’après que nos deux protagonistes emportent la médium Nicole Coudray qui communique avec l’au-delà, ainsi qu’un neuroscientifique, un guérisseur, et une infirmière en soin palliatifs dans leur réflexion.

Fête

Octobre au Jardin

Vendredi, 9 octobre 2020
dès 17H30
MQC_2020_Visuel octobre au jardin
Vernissage de l’exposition et du carnet de résidence « Pas après pas » de Stéphane Lévy.
vendredi, 9 octobre dès 17H30
Chansons végétales, sous la direction d’Eva Klirowska
Performance d’Emmanuelle Briat, plasticienne et land artiste
A la galerie :
Hubert Crevoisier, verrier
Aylin Gökmen, réalisatrice
Sono apparso alla Madonna — Missa ciclica per Santa Dympna

ANTONIO ESPERTI

Antonio vous présente sa dernière création et vous invite chaleureusement à la découvrir lors d'une tournée à travers les églises et les chapelles de la Suisse romande et de l'Arménie.

www.antonioesperti.com

DATES :

Cathédrale St-Étienne, Moudon – sa 29 août 2020, 17h00
Temple Apples – di 30 août 2020, 17h00
Eglise St-Amédée, Moudon – sa 5 septembre 2020, 17h00
Temple Chardonne – di 6 septembre 2020, 17h00
Temple Bretonnières – sa 12 septembre 2020, 17h00
Temple Fontenay, Yverdon – di 13 septembre 2020, 17h00
Temple Chatillens – sa 19 septembre 2020, 17h00
Chapelle de Cery, CHUV, Lausanne – je 1er octobre 2020, 15h00
Temple Chailly – sa 3 octobre 2020, 17h00
Modern Art Museum, Erevan – décembre 2020
National Center of Aesthetics, Erevan – décembre 2020
Sergei Paradjanov Museum, Erevan – décembre 2020
Chapelle Sainte Dympna, Monthey – 15 mai 2021

Informations complémentaires :

Graphisme: L. Chappex

Soutenu par Malévoz Quartier Culturel et Modern Art Museum Yerevan, Sergei Paradjanov Museum, National Center of Aesthetics Armenia

Contact et cd :

antonioesperti@gmail.com

Extrait de radio :

https://www.rts.ch/play/radio/lecho-des-pavanes/audio/une-messe-instrumentale-pour-sainte-dympna?id=11550626&expandDescription=true

ARTISTES EN RÉSIDENCE EN 2020

Arts vivants 

Laura Dicembrino, Lia Beuchat et Akané Nussbaum, (danse) Passionnées par la sensibilité, les perceptions sensorielles et la manière dont celles-ci peuvent se présenter de manière si unique chez chacun, Lia Beuchat, Akané Nussbaum et Laura Dicembrino mènent un travail en profonde introspection avec leurs sens et questionnent comment est-ce que l’humain exploite ces outils sensoriels dans ses interactions sociales au quotidien.

Au travers du corps et du mouvement, leur recherche est une véritable invitation à (re)découvrir ce qui est si essentiel à notre présence, ce qui nous permet d’interagir, et ainsi d’exister.

2020.10.13_Laura Dicembrino


Laura Ige (Argentine)Laura IGE est née en 1985. Ses domaines d’expérimentation sont les arts visuels, l’art sonore et l’écriture sur la culture populaire, numérique et underground.

Laura IGE a un diplôme en Beaux-Arts à l’Université National de La Plata à Buenos Aires, elle a également étudié le piano et la médecine jusqu’à la quatrième année.

Laura vient d’obtenir le Master en Art Public à la haute école d’art du Valais l’édhéa à Sierre, avec la note maximale. Elle est la première étudiante à bénéficier d’une convention d’accueil signée entre la haute école et Malévoz. Durant sa résidence, elle explorera le piano sous une forme performative. Elle était présente au Quartier Culturel les mois de février et mars.

2019.12.19_LAURA IGE_piano à Serre voir un pot


Zuzana Kakalikova, (photos, danse)« Une photographie digne de ce nom ne vous donne pas une vue du monde mais vous le fait toucher ». ​ Inspirée par la photographe Francesca Woodman, Zuzana Kakalikova interroge notre regard sur le corps féminin.

L’artiste invite le public dans un espace personnel, clos, à être le témoin du dialogue intime que Zuzana entretient avec les photographies de Francesca Woodman. On pourrait avoir l’impression de se trouver dans le studio d’une photographe. Les objets semblent avoir une place bien définie et l’ensemble construit presque l’image d’une nature morte. A l’instar de la photographe, Zuzana manipule des objets, transforme l’espace, explore son corps, ses temporalités et crée une série de tableaux vivants. En fragmentant la représentation du stéréotype féminin, l’artiste tente de s’en détacher et de créer une autre manière d’observer l’intimité.

dos nu_verres grand


Arts visuels 

Emmanuelle Briat (France) Plasticienne végétale, Emmanuelle Briat développe une pratique artistique fondée sur l’utilisation de matériaux naturels. En travaillant avec le vivant, elle fait surgir des formes organiques qui prennent appui sur l’architecture. Elle se laisse guider par son observation de la nature pour composer ses œuvres pérennes et éphémères. En créant avec le végétal, elle cherche à restaurer le lien de l’être humain avec la nature. Ses sculptures végétales se fondent dans les espaces publics, s’intègrent parfois à des arbres pour inviter les badauds à s’arrêter et porter leur regard sur l’environnement.
Elle mène également des ateliers de découvertes artistiques pour les enfants et les adultes, leur propose de créer avec des éléments de la nature, les sensibilisant à l’écologie.

 En résidence au Malévoz Quartier Culturel, elle réalisera des œuvres land art, travaillera avec la danseuse Rozenn Dubreuil sur une pièce chorégraphique qu’elle a créée « Manifeste Naturel » et proposera des ateliers land art.

emmanuelle briat portrait


Aylin Gökmen (Suisse), (Réalisatrice) Valaisanne passionnée par le cinéma et les arts, Aylin Gökmen est réalisatrice, monteuse et cadreuse. L’artiste a déjà participé à la production de documentaires projetés dans de nombreux pays. Au cours de sa formation artistique, elle a longuement étudié les documentaires poétiques et expérimentaux: à la différence des documentaires plus traditionnels, ces œuvres ne reposent pas nécessairement sur des images concrètes ou des protagonistes, mais recourent à diverses techniques afin d’évoquer des choses plus abstraites, telles des sentiments ou des souvenirs.

Aylin organisera des projections de films et des ateliers autour du thème des émotions, en parallèle à ces activités, elle réalisera son projet personnel.
2020.08.11_Aylin Gökmen


Hubert Crevoisier (Suisse), (artiste verrier) Hubert Crevoisier se définit alpiniste empruntant simultanément la voie nord et la voie sud pour escalader les chemins parfois escarpés de la vie. Il devient d’abord infirmier pour apprendre à parler avec ses patients, puis se découvre ensuite artiste verrier afin d’explorer le langage de la matière, la transparence et la couleur.

Son projet de résidence intitulé « AVANTI rouge » est en écho avec le projet d’exposition qu’il prépare pour le Musée Ariana à Genève en 2021. Son atelier invite à aller de l’avant pour filer et tisser ensemble le fil rouge. Fil d’Ariane à suivre ou trame de vie à explorer.
2020_Hubert Crevoisier_école de vitrail


Joanne Faivre (Suisse), (peinture, illustration) Le désir de création de Joanne Faivre vient de la vision effervescente qu’elle a de la réalité et qu’elle cherche inlassablement à retransmettre.

C’est à travers le dessin, la peinture et la peinture murale qu’elle donne vie à cet univers foisonnant, nourri par la complexité et la multitude des formes de la nature. Un monde inspiré de l’inconscient; terrain fertile d’imagination collective, d’où surgissent des images teintées d’art brut et d’art primitif.

Viennent ainsi s’entremêler images oniriques, personnages fantasques, représentations mythologiques, autant de formes pour retranscrire une expérience intérieure et tenter de dire ce qu’il se passe au-delà des apparences.

 Joanne Faivre_portrait


Claire Forclaz (Suisse), (écriture, son) Claire aime travailler le son plus que le sens des mots. Le récit qu’elle vient écrire s‘inspire du mythe des zombies dans un univers poétique tentaculaire et fantasmagorique.

L’artiste proposera dans ses ateliers d’exploiter la voix et ses vibrations pour découvrir des espaces de résonnance dans le corps. La détente physique et mentale installée permettent de se laisser aller à écrire de manière automatique, sans but ou stress à l’idée que quiconque lise ces mots.

Portrait-Claire